++ Jeu : aide et référence ++ -
EN
 
 Strictement confidentiel
 24 heures par jour
 7 jours par semaine
 Sans frais, bilingue

Les 10 indices du jeu excessif

1. Mentir
Les personnes qui ont un problème avec les jeux de hasard et d’argent essaient en général de le cacher à leur entourage. Alors, ils commencent à mentir à leur conjoint, à leur famille, à leurs collègues et à leurs amis.

2. Vouloir « se refaire »
Certains joueurs disent qu’ils retournent jouer pour « se refaire », pour essayer de récupérer l’argent qu’ils ont perdu. Ils se disent peut-être qu’ils arriveront à gagner un gros montant et qu’ils arrêteront de jouer. Ou encore qu’ils ont perdu parce qu’ils ont changé de stratégie ou qu’ils n’ont pas été chanceux.Mais c’est justement à force de jouer pour « se refaire » qu’un joueur finit par accumuler les pertes et souvent les dettes.

3. Emprunter de l’argent
Que fait un joueur excessif pour se sortir des problèmes financiers dus au jeu? Il emprunte : à sa famille, à ses amis, à ses collègues ou même à des étrangers, sans toujours donner la vraie raison de ses besoins d’argent. Il peut aussi faire payer ses dettes de jeu par les autres. Il peut utiliser ses cartes de crédit jusqu’à leur limite ou hypothéquer une seconde fois sa maison.

4. Miser toujours plus
Un peu comme une personne qui a des problèmes avec l’alcool ou les drogues, un joueur excessif doit augmenter sa « dose » de jeu pour éprouver du plaisir. Autrement dit : il a besoin de miser des sommes de plus en plus importantes pour atteindre l’excitation qu’il recherche. Malheureusement, plus il mise… plus il perd.

5. Être préoccupé par le jeu
Dans ce cas, le joueur n’arrête pas de penser à ses dernières expériences de jeu et à ses prochaines tentatives. Il va jouer dès que l’envie lui passe par la tête. Et il cherche les moyens de se procurer de l’argent pour aller jouer.

6. Ne pas pouvoir s’arrêter de jouer
Le joueur est conscient de toutes les conséquences négatives qu’entraîne sa pratique excessive des jeux de hasard et d’argent. C’est pourquoi il veut cesser de jouer. Il fait alors des tentatives en ce sens. Mais, malgré ses efforts répétés, le joueur ne peut pas résister à l’envie de jouer.

7. Jouer par besoin
Lorsqu’il tente de réduire ou d’arrêter sa pratique excessive du jeu, le joueur présente des « symptômes psychologiques de sevrage ». Un peu comme une personne qui a des problèmes avec l’alcool ou les 
drogues, il devient alors irritable, impatient, agité ou tendu s’il n’a pas sa « dose » de jeu.

8. Jouer pour oublier
En jouant, le joueur cherche à se changer les idées, à oublier ses difficultés, à diminuer son stress. Le jeu n’est plus un simple divertissement : il est à présent l’activité qu’utilise le joueur pour se sentir mieux, fuir ce qui le préoccupe. Et c’est là que le jeu devient lui-même une source de problèmes pour le joueur.

9. Voler ou frauder pour jouer
Malgré ses pertes, le joueur persiste à jouer et s’appauvrit sans cesse davantage. Emprunter de l’argent à sa famille, à ses proches ou ses collègues ne suffit plus. Pour financer sa pratique du jeu, pour tenter de régler ses difficultés en gagnant un gros montant, le joueur en vient à commettre des méfaits, des actes illégaux.

10. Jouer est plus important que tout
Le joueur est devenu tellement dépendant du jeu et de l’espoir de « se refaire » qu’il s’enfonce de plus en plus dans les difficultés financières, familiales, sociales et professionnelles. Toute la vie du joueur tourne autour de sa pratique du jeu et tous les aspects de sa vie en sont graduellement affectés. Le jeu met alors en danger ses relations avec sa famille et ses proches, son emploi ou ses possibilités d’études ou de carrière. 

DEMANDES D'AIDE



514 527-0140

Montréal et environs

1 800 461-0140

Partout au Québec